AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sibylle Daumas
≮ Putain on est quand même des frères Marchons vers le même horizon ≯

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 23 Localisation : camp Lawrence, hands in the mud or the blood (or both)

MessageSujet: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Ven 30 Oct - 18:48


SIBYLLE JOLENE DAUMAS

Il y avait quelque chose de si dérisoire dans les mouvements qu'elle faisait pour retrousser ses cils au noir
"

Dans tes rêves
naissent les
ailes azur
que je garde
dans ce livre perdu
Je collectionne
tes
larmes.
" .

prénom : Sibylle, elle n'a pas vu la guerre venir, divinatrice désuète. pourquoi ce prénom, elle l'ignore et ne semble pas même encline à connaître les historiettes dont il semble gorgé. Jolene. ○ nom : Daumas comme le grand homme puis le petit et entre : le moyen. Ça n'a pas d'importance. Ça n'a plus d'importance. Daumas comme la france qui panse encore ses blessures, ça s'infecte, ça suppure. ça plie sans rompre. et les cernes bleutées qui ornent l'azur des iris et le regard franc, jamais effacé. ○ âge : vingt  deux années écoulées dans la joie, dans les cris, dans les pleurs et le goût de sang, sur les papilles, sale goût de cendre. ○ orientation sexuelle : les joues ne s’empourprent plus lorsque ces messieurs posent leurs regards sur elle. des œillades enflammées assumées, des rires à gorges déployées, des éclats qui se brisent et les sentiments nobles qui fuient les champs de bataille. histoire de. pas se retrouver exsangue dans la bourbe.○ situation matrimoniale : jeune femme , jeune folle, pardi. enfin, fiancée sans l'être. ça aide, d'y croire. de le faire croire. ça en dissuade, des bougres. on ne tombe pas amoureux, par temps de guerre. on tombe de nues, on tombe et on ne se relève plus. ○ métier : infirmière - les mains qu'elle plonge dans les entrailles et les vertiges qui ne saluent plus depuis des masses. parce que l'habitude s'est installée, les horreurs font parties du paysage. sales, sanguinolentes.  ○ groupe : (bad blood) ○ avatar : Zoey Deutch (crédit : holtcupcakes)


i told you to run so we'd both be free


• Sibylle c'est le fruit d'une idylle née à Paris durant l'été 1922 et les jeux olympiques féminins. C'est le cadeau offert par la providence à ce journaliste français épris de cette institutrice anglaise  venue se perdre de l'autre côté de la manche, l'union des accents, dans une union de corps. Sibylle c'est Jolene, enfant du monde, accueillie dans l'amour et la tolérance. Sibylle, elle a grandi dans le bas-Rhin là où s'étendait un vignoble, celui de son grand-père paternel, dans ce village ensoleillé qui a un jour fini entre les mains allemandes. Un jour, les cloches ont résonné, Papa Daumas est parti, laissant sa femme et sa fille veules, les yeux embués, les joues rosies. Puis, n'est jamais revenu. Sibylle a pris la main de sa mère, un soir, l'a serré bien fort et puis, elles ont traversé le pays pour rejoindre ce cousin "d'chez pas où" pour vivre avec près de Limoges. Et ce cousin, c'était un bêta mais un bêta avec de drôles de couilles, c'était Tiphain le métayer d'à côté qui le disait comme ça. drôles de couilles. • et depuis, Sibylle, elle utilise cette expression sans queue ni tête pour ponctuer ses phrases, lorsque le bon vin imprègne ses neurones serpentant à travers ses vaisseaux sanguins. Le langage se charge de fleurs et des odeurs vaporeuses de l'alcool, des rêves qu'on ne touche plus que du bout des doigts, des voeux que l'on prononce tout bas, sans trop y croire. " J'y crois plus" elle le siffle, parfois, seule dans le noir. • Thierry, cousin Thierry, fermier, il élevait plutôt le bétail. Cousin Thierry, il avait vécu la première, celle qu'on croyait der-des-der. Il avait la jambe caillassée, parait qu'un bout de métal s'y était fiché. c'était une des raisons qui l'avaient rendu inapte. Inapte. Sibylle n'a jamais compris cette expression. Quoiqu'il en soit, cousin Thierry, lui, il a combattu en filant au mot fritz les meilleures inflexions ( les plus insultantes), ce résistant fou. Malheureux ayant perdu son aîné en 40. Au début. Aux prémices. Avant même que la résistance s'éveille. Alors, ouai, Thierry, il faisait le relais depuis Limoges, accueillant et accompagnant les juifs issus de l'exode des pays limitrophes pour les aider. Et Sibylle se plaisait à croire qu'elle y jouait une part. C'est pas qu'au nom d'un pays en lambeaux qu'elle s'est levée mais au nom de tous ceux qui étaient tombés, tombaient. Ceux qui avaient embrassé leurs femmes, leurs enfants, son père, tous ceux-là, ceux qui avant de partir, avaient lancé des " au revoir" en guise d'adieu." et ceux qui viendraient." (mais qui ne reviendraient pas) • RNC. ATS. On les lançait comme ça, au détour de conversations anodines, entre dames, près de la fontaine sur la place du village. C'était léger, c'était des menaces, des mots qu'on se crachait. Foutus acronymes lourds de sens, lourds de possibilités, les promesses qui en suintaient ont fini par l'avoir et un printemps, Sibylle elle est partie. Elle a rejoint son pays maternel, ces femmes qui elles aussi en avaient marre grossissant leur rang, allure chétive ,apriori, volonté de fer explosant au faciès de quiconque lui cherchant des poux. C'était soit ça, soit rester là à ne rien faire. Faire plaisir à sa mère, rester saine et sauve puis, sauve qui peut en cas de pépin. La belle affaire. Elle l'a chuchoté, puis l'a hurlé depuis la grille, de la boue jusqu'aux jupons, un sourire confiant vrillant ses lèvres. "Je reviendrai, j'te le promets, maman", le genre de phrase bourrée d'incertitudes, découpée de regrets. Puis, elle a pleuré, Sibylle mais rien qu'un peu. Mais vraiment rien qu'un peu • "Keep your mouth shut, you fool" - Betty, Elizabeth Carlton, arrière petite fille d'un duc, enrôlée, dévoyée. Elle le disait souvent, elle attrapait son épaule, Sibylle serrait les dents, pinçait ses lèvres, devenait rouge de rage. Betty la tempérait lorsque Nurse Alpert faisait ses rondes, s'en allait de son petit commentaire, attisant les nerfs de l'impétueuse Daumas. "Any idea, miss Daumas ?" - elle le lançait avec ce ton, Nurse Alpert, l'air de dire : montre nous, petite sotte, l'étendue de ton ignorance. Sibylle comptait jusqu'à dix, prenait une longue goulée d'air, sous la prise ferme mais bienveillante de Betty. "Breathe, please, just take a deep breathe and think of something..." - Sibylle ne l'écoutait jamais, Betty. Elles furent séparées puis, un vendredi, on lui porta la nouvelle. Betty avait rejoint les cieux. là où les anges allaient entendre son rire mélodieux, voir son sourire atteindre ses yeux, virevolter ses longs cheveux roux. Elle avait eu de la chance, sa Betty. De ne pas voir la merde, de ne pas l'avoir jusqu'au cou. Elle en a perdu d'autres, des amies. des sœurs. des comme elle. Même cette vieille bique d'Alpert. Tous ces souvenirs, quelques mois, furtifs et éphémères pourtant si important. imprégnés profondément, dans sa tête et dans son cœur. Elle n'a plus le cœur au bord des lèvres, quand elle y pense. Faut dire, est-ce qu'elle en a encore, un cœur ? Y'a que des jours où elle sait plus, Sibby. • Elle a été à l'ouest, au sud puis, on lui a dit : allez en France, 1944. Les jours se sont amoncelés, les mois égrainés, les années ont fui. Trop vite, trop difficilement. "I'mma kick your ass..." - les mots qu'elle ravalait , sans cesse, fougueuse, impulsive, les blâmes, elle en avait soupé, pour insubordination. Sibylle s'était assagie ou presque. Rome ne s'était pas faite en un seul jour, il ne fallait ,diable, pas lui en demander autant. "i mean, i'mma report that slopping if you don't behave" elle essayait, un tantinet, de limiter ses propres débordements. " i swear" elle commençait surtout à nourrir l'idée de rejoindre l'ATS, exténuée par les morts, les cas désespérés et la constante sensation de ne pas être bien utile.  • Laver le linge maculé de sang, administrer de la morphine ou bien de la pénicilline en espérant que ça soulage la douleur, la fièvre, la fureur. Elle l'avait constamment à fleur de peau et même si, l'espoir crépitait toujours, le découragement pointait parfois le bout de son museau difforme. Puis, les missive échangées avec sa mère lui rappelaient sans cesse la mort de son père et l'impression d'injustice qui s'en dégageait toujours. Elle jurait souvent, feignait la déférence lorsqu'on la sermonnait. Elle était statique et au fond, c'était ça qui la tuait. Lorsqu'elle se rêvait espionne, ombre vengeresse cachée dans les tournants, elle s'exténuait à panser les blessures, les siennes pourtant toujours à vif.   


so many years




three miles up, three miles down

pseudo/prénom : dan(ielle). âge : c'est mon anniversaire, j'ai eu keuh keuh    comment as-tu découvert le forum ? : bazzart comment tu le trouves ? : c'est juste parfait. parce que, dieu comme j'aime cette période. bravo.    autres : des keurs, sur vous.  

   
Code:
[b]ZOEY DEUTCH[/b] ○ [i]Sibylle Daumas[/i]


Dernière édition par Sibylle Daumas le Sam 31 Oct - 12:45, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle Daumas
≮ Putain on est quand même des frères Marchons vers le même horizon ≯

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 23 Localisation : camp Lawrence, hands in the mud or the blood (or both)

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Ven 30 Oct - 18:50


Je prendrai plus jamais le large
je resterai toujours à quai


(People are so vulnerable at night. They’re willing to spill out their souls to anyone willing to listen. They have desires to do things that never cross their mind when the sun is in the sky)

« Causez toujours, Madame Blanchet » - elle souffle, agacée par les remarques incessantes de celle qui l'héberge depuis maintenant plusieurs semaines. Si les jours se sont écoulés depuis son arrivée sans que la mégère ne sache qu'elle est bel et bien française, s'exprimant dans cette langue comme la plus divine effrontée, il est grand temps d'allumer la lumière, de faire en sorte qu'elle atteigne  tous les étages avec célérité. Une seconde de plus à l'entendre vociférer sur son inutilité risquerait de lui griller le ciboulot. Hors de question de ravaler toute sa fierté, Blanchet collabore avec les alliés, désireuse de revoir son pays libéré, tout comme elle. Et par tous les saints, elle a grand intérêt à lui donner du mou. Daumas est autant ici chez elle que cette baveuse. « En attendant, ces foutus boches ne vous approchent pas grâce aux forces alliées. N'allez pas expectorer sur ceux qui vous permettent encore de ne pas avoir l'air d'une rate ou pis, même. N'pas nourrir les asticots » Dieu seul sait qu'elle en a l'âge. Elle se pince les lèvres, les traits tirés par la colère sourde qui ne demande qu'à exploser dans ce salon vétuste, où le froid règne malgré le bois léché par le feu alimentant la cheminée. Les seules ogives qu'on autorise sont celles qui visent l'ennemi. Elle se mord la langue, imperceptiblement, serre les poings. Elle a été mieux élevée que ça. C'est sûr. « Quel toupet ! Petite ingrate » - une pique qu'elle essuie avec bonhomie, estimant qu'elle n'y est quand même pas allée de main morte. Sa main la démange pourtant, elle l'imagine parcourir les mètres en direction de la joue de cette objectrice de conscience. Il y en a , hélas, deux sous le même toit. Ce qui ne facilite guère l'éclosion d'une entente harmonieuse ou du moins, l'entente se révèle souvent éphémère. « Grand bien m'en fasse » - Sibylle lance, attrapant son chapeau, une moue vrillant ses lèvres, le dégoût s'y peignant. Maudit rationnement, maudit chapeau élimé, maudite Blanchet. « Passez une bonne journée et surtout, n'allez pas attraper un rhume, il fait un froid de canard ici » et lorsqu'elle met le nez dehors, elle se rend compte qu'en comparaison, il vaut encore mieux subir les aboiements de Catherine Blanchet plutôt que la brise qui mord les joues. Peut-être pas, tout compte fait, le froid lui parait plus entreprenant. Sibylle parcourra quelques kilomètres pour attendre le campement et à nouveau plonger les pinces dans les boyaux de ceux qui n'ont pas eu de chance. Et demain, demain elle fera des pieds et des mains pour rejoindre l'effort d'une manière bien différente.


Dernière édition par Sibylle Daumas le Sam 31 Oct - 12:52, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Germain Olson
caporal freedom

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 41

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Ven 30 Oct - 18:51

ohw la citation de pablo neruda
j'ai hâte d'en voir plus, bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wes Halstead

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 76

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Ven 30 Oct - 18:51

alycia, ou la femme de ma vie. depuis the 100 je suis en total amour, elle est parfaite. bienvenue, j'ai vraiment hâte de voir ce que tu vas en faire. I love you

edit: joyeux anniversaire.


Dernière édition par Wes Halstead le Ven 30 Oct - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frances "Willy" Evans
≈ we might to be hollow, but we're brave

avatar
hardhome

ici depuis le : 17/12/2014 Messages : 151 Localisation : camp lawrence, surement en train de réparer une mitrailleuse enraillée.

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Ven 30 Oct - 19:17

et dire que je pensais à alycia pour mon dc, vile mécréante mais j'te pardonne, parce que le résumé promet et que c'est ton anniversaire si je comprends bien alors bon anniversaire ma belle, bienvenue j'ai hâte de voir la suite et je te mpotte même pour un lien

_________________

they say war is hell, so peace sould be holy.
wind under your wings. and of all the harm that e'er i've done, alas it was to none but me and all i've done for want of wit, to memory now i can't recall so fill to me the parting glass. goodnight and joy be with you all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle Daumas
≮ Putain on est quand même des frères Marchons vers le même horizon ≯

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 23 Localisation : camp Lawrence, hands in the mud or the blood (or both)

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Ven 30 Oct - 19:33

vous êtes adorables.

merci, merci, merci.
(j'ai soufflé les bougies et TLP c'est quasiment un cadeau )

puis, je veux bien, d'un lien si ça goupille.

_________________
 
Comme un soleil de fin de siècle
Qui se couche entre tes bras
Demain je m'en irai peut-être
Si tu viens avec moi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Morel
Whoever saves one life, saves the world entire.

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 67

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Ven 30 Oct - 19:49

Alycia, quel choix parfait I love you
Bienvenue et bon courage pour ta fiche! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle Daumas
≮ Putain on est quand même des frères Marchons vers le même horizon ≯

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 23 Localisation : camp Lawrence, hands in the mud or the blood (or both)

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Ven 30 Oct - 20:33

merci ma belle, le tien est merveilleux

_________________
 
Comme un soleil de fin de siècle
Qui se couche entre tes bras
Demain je m'en irai peut-être
Si tu viens avec moi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frances "Willy" Evans
≈ we might to be hollow, but we're brave

avatar
hardhome

ici depuis le : 17/12/2014 Messages : 151 Localisation : camp lawrence, surement en train de réparer une mitrailleuse enraillée.

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Sam 31 Oct - 12:28


ooh, j'ai adoré lire ta fiche, ta plume est divine
seulement, j'ai juste un petit doute Arrow si ta belle est une infirmière pour les alliés, alors son groupe est bad blood I love you sauf que tu as mis by fire and steel, peut-être que j'ai mal compris l'histoire ? I love you (c'est peut-être un lapsus de ta part, mais je préfère être sure avant de faire une bêtise et te mettre dans le mauvais groupe Arrow)

_________________

they say war is hell, so peace sould be holy.
wind under your wings. and of all the harm that e'er i've done, alas it was to none but me and all i've done for want of wit, to memory now i can't recall so fill to me the parting glass. goodnight and joy be with you all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle Daumas
≮ Putain on est quand même des frères Marchons vers le même horizon ≯

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 23 Localisation : camp Lawrence, hands in the mud or the blood (or both)

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Sam 31 Oct - 12:44

merci, non, c'est une erreur. j'ai copié/collé le mauvais intitulé, c'est bien Bad blood

_________________
 
Comme un soleil de fin de siècle
Qui se couche entre tes bras
Demain je m'en irai peut-être
Si tu viens avec moi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frances "Willy" Evans
≈ we might to be hollow, but we're brave

avatar
hardhome

ici depuis le : 17/12/2014 Messages : 151 Localisation : camp lawrence, surement en train de réparer une mitrailleuse enraillée.

MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   Sam 31 Oct - 13:42


tu es validé(e) !


pas de soucis alors, je te valide I love you bon, je me répète mais ta plume le personnage est touchant, et zoey est parfaite pour le rôle I love you je file te mettre ta couleur, bienvenue chez toi

Voilà ! Tu es validé(e) à présent, tu es donc un membre du forum à part entière I love you Le message ici présent ne sert pas qu'à te féliciter sur ta fiche fraichement validée, mais aussi à te guider pour accomplir tes premiers pas sur The Last Patrol. Afin d'aider ton staff adoré à garder le forum un tant soit peu organisé, il va falloir aller t'enregistrer sur plusieurs sujets avant de te lancer à coeur perdu dans l'aventure

Parmi les registres où il est urgent de se recenser, on peut compter le répertoire des grades, pour éviter qu'un autre soldat ne te pique ton statut. Si ton personnage ne fait pas parti de l'armée, il t'est conseillé de te rendre sur le sujet qui recence les métiers. Ensuite, pour ne pas te retrouver tel un membrounet esseulé, il est vital (sans exagérer, non non What a Face ) d'aller poster ta fiche de liens et si le coeur t'en dit, d'aller te trouver des partenaires rp. Si tu as déjà des idées de liens précis pour ton personnage, tu peux aller poster un ou deux scénarii et attendre de trouver preneur. Enfin, afin d'agrémenter ton profil, tu peux directement demander un rang, et n'oublie pas que la partie flood est ton amie, n'hésite pas à aller faire un tour I love you

Tu vas voir, tu vas bien t'amuser À bientôt sur le forum, may we meet again mon frère

_________________

they say war is hell, so peace sould be holy.
wind under your wings. and of all the harm that e'er i've done, alas it was to none but me and all i've done for want of wit, to memory now i can't recall so fill to me the parting glass. goodnight and joy be with you all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


hardhome


MessageSujet: Re: ( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)   

Revenir en haut Aller en bas
 

( Soyez ses jours. Soyez ses nuits.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nouveau venu... soyez tolérants.......
» Soyez tous bénis!!!
» Jeu : Soyez logique.
» ULTRA MARATHON TRANSARDENAISE 160 KM 4 JOURS 5 NUITS
» 102 silures Camarguais en 10 jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: fire a gun-