AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 to honor and trust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Germain Olson
caporal freedom

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 41

MessageSujet: to honor and trust   Ven 30 Oct - 17:06


germain oslon

l'estime s'use comme l'amour
à tout niveau, partout dans le monde, ceux
qui se disent puissants consacrent un temps considérable à tenter de faire croire qu'ils ont de l'influence sur les nominations afin d'attirer sur eux attentions, faveurs, considérations d'autres puissants

prénom : germain. ○ nom : oslon. ○ âge : vingt-six ans. ○ orientation sexuelle : aime les femmes, leur lèvres pulpeuses et leurs joues rosées ○ situation matrimoniale : en deuil, sa fiancée est décédée au début de la guerre. ○ métier : engagé volontaire de la british army. ○ rang : caporal-chef d'une troupe de reconnaissance dans la 113e bridage de la 38e division d'infanterie. ○ groupe : bad blood. ○ avatar : oscar spendrup.


three miles up, three miles down

pseudo/prénom : staygold/lucie. âge : 21. comment as-tu découvert le forum ? : sur bazzart. comment tu le trouves ? : magnifique. autres : tout est si parfait!

Code:
[b]OSCAR SPENDRUP[/b] ○ [i]germain olson[/i]


Dernière édition par Germain Olson le Dim 1 Nov - 1:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Germain Olson
caporal freedom

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 41

MessageSujet: Re: to honor and trust   Ven 30 Oct - 18:17



i told you to run so we'd both be free

ONE Il y a toujours eu maman sans papa et elle se meurt de sa disparition si soudaine. Même s'il avait beaucoup trop l'habitude de boire et de faire danser ses grosses mains sur son doux visage, elle pourrait mourir de son absence éternelle. Un jour, il est parti au bar du quartier comme tous les autres jours mais là, il n'est jamais revenu. La seule fois qu'on l'a ramené à la maison, il était dans cette caisse en bois qu'on veut tous éviter. Quelqu'un, de ses poings et sa lame, lui avait volé la vie. C'est le boxeur boxé, le voleur volé, la cadavre enterré. J'étais un peu triste du haut de mes six ans parce que c'était quand même mon papa. Même si c'était toujours des cris, des larmes, des bruits de coups, des bruits de choses qui se cassent et qu'il faut remplacer quand il était là, on avait le même sang qui coulait dans les veines, que je le veuille ou non, que je lui en veuille ou non. Même une fois six pieds sous terre, il fallait que le chagrin soit toujours enfermé dans la maison, à cause de lui. Alors pitié seigneur, agenouillé près de mon lit, je pris pour que tu ouvres la porte et que tu laisse partir le chagrin. Pitié seigneur, libère-nous, libère-la avant qu'elle ne baisse les bras et qu'elle m'abandonne. ○ TWO L'amour éternel au milieu des horreurs de la Guerre, c'était ce qui nous qualifié à Beth et moi. Un jour, il faisait froid et le sol était recouvert d'un épais manteaux blanc, elle est apparu comme par magie et le ciel a commencé à pleurer. On était jeunes, on avait que treize et quatorze ans mais on savait que nous deux c'était pour la vie, à l'infini. Beth ... comme j'aimais dire son prénom, quand j'étais heureux ça me rendait encore plus fier, quand j'étais triste ça me rassurait, quand je suis dans les villes détruites par les obus ça me donne envie de pleurer parce que ma Beth, comme j'aime tant l’appeler, m'a quitté. Elle a décroché les pieds du sol et elle s'est envolé très haut jusqu'à ne plus pouvoir la voir, jusqu'à ne plus pouvoir la retrouver sauf si je mourrais à mon tour. Beth était malade et un jour, alors que je terminais de prononcer son doux prénom, sa main dans la mienne, ses yeux se sont éternellement fermés. Une seconde après, déjà elle me manquant et le chagrin déjà me rongeait l'intérieur, il me serrait le cœur et j'étais persuadé et plus jamais il ne le lâcherait. ○ THREE Mon destin était déjà bien tracé, je me promettais à un bel avenir d'ingénieur ou au moins, de technicien mais l'envol de Beth, parce que dire qu'elle est morte serait beaucoup trop laid à côté de sa beauté, m'a fait tout abandonner. Tout ce que je voyais à présent était mes bras accoudés dans le bar où mon père s'était perdu après les horreurs de la Première Guerre. Je me voyais déjà saoul, me battre avec le premier guignol qui croiserait mon regard par malchance pour lui faire aussi mal que moi j'avais mal. Puis il y a eu cet homme lors de l'hiver 38 qui m'a attrapé alors que j'allais enfoncer mes poings dans le visage fatigué d'un malchanceux. Il m'a attrapé le bras et je n'ai pas pu riposter. Son regard à lui-seul me scotchait sur place, il en disait tellement long que la seule chose que je voulais faire était d'abandonner, de me laisse tomber au sol, de m'effondrer sur cette homme. J'avais souvent croisé son visage dans ce maudis bar, il buvait toujours un bière et il partait alors je m'abandonnais, verre sur verre, comme si j'étais déçu qu'il ne vienne pas me chercher et qu'il me sorte de là. Vous savez, quand on est alcoolique, on trouve toujours un coupable à notre malheur. Pour moi c'était la faute de cet homme en uniforme et pour mon père, c'était la faute de ma mère et moi. Et là, enfin, il intervenait, comme s'il avait reçu mes signaux de détresse. Le lendemain, je m'engageais pour défendre ma patrie. Il s’avérait qu'il était capitaine de la 46e brigade de la 15e division d'infanterie de l'Armée Britannique et je peux le dire, il m'a sauvé la vie. Oui, il m'a sauvé. Il aurait pu s'en foutre et passer sa route mais non, il m'a sauvé. ○ FOUR Un an sans Beth, un an sans être constamment saoul, un an à m’entraîner à combattre pour mon pays, une longue année. Depuis 1933, l'Europe est en train de s'enflammer suite à l'arrivée du chancelier Adolf Hitler. L'Europe de l'Est était en train de s'auto-détruire. Il aurait mieux fallu qu'il soit pris aux Beaux-Arts, on aurait peut-être évité tout ça. C'est fou comme la haine d'une seule personne peut aller aussi loin, blesser autant de gens. Je ne comprendrais jamais. Puis 39 arriva à grands pas, la Seconde Guerre Mondiale éclata. Le Royaume-Uni, les États-Unis et bien d'autres pays rejoignirent le rang des Alliés. Sur le coup, je ne pensais pas être capable de mourir pour mon pays, je ne voulais mourir que pour retrouver Beth, je voulais la retrouver au plus vite. Quand on est arrivés sur le territoire français, différentes troupes ont été formées et j'ai été promu caporal-chef. C'est-à-dire que j'étais au même rang qu'un simple soldat mais j'avais la directive de commander les différentes activités d'un groupe d'entre eux. Pour ma part, je choisis de faire partie de la troupe de reconnaissance. Je sais que c'est la chair à pâté, la première ligne mais au moins, si je devais mourir ça serait pour une bonne raison et je pourrais enfin m'envoler à mon tour. ○ FIVE Même si on m'envoie au casse-pipe tous les jours que Dieu fait, je me sens vivant et j'ai trouvé un certain but à ma vie. Je n'y vais bien sûr pas pour rien, j'ai pour mission de 'dégager' le passage pour que ma division puisse avancer. Je dois aussi m'assurer de ramener toute ma troupe en vie. Même si nous ne sommes que des novices, l'instinct de survie prend toujours le dessus et nous arrivons toujours à nous débrouiller, nous sommes devenus comme des frères les uns pour les autres. Ma vie pour la tienne. Mon capitaine m'avait avertis, - Ne t'attaches pas trop à tes camarades, ça ne rendra les choses encore plus difficiles, m'avait-il répété plusieurs fois. Et il avait raison, les pertes sont toujours difficiles, surtout les premières. J'étais un simple étudiant en ingénierie avant tout ça, j'étais assis derrière un bureau et voilà que je me retrouve à traîner les carcasses de mes frères d'armes criblés de balles ou arraché à la vie pour une mine. Personne  n'est jamais vraiment préparé à ça. Le premier que j'ai perdu n'avait que dix-neuf ans, c'était un gamin et il s'est fait sauté sur une mine. Sa jambe s'est volatilisée devant mes yeux et le pauvre s'est vidé de son sang à même pas dix mètres de moi. Ça aurait tellement pu être moi mais Dieu en a décidé autrement, j'aurais pu enfin retrouver Beth mais ce n'était apparemment pas mon 'tour'. Voir ses hommes tomber les uns après les autres, ça met une certaine claque, ça vous rempli à chaque fois un peu plus de rage, de niaque. Certes, on s'y fait mais c'est toujours plus ou moins difficile. ○ SIX De ma vingtaine d'années bien passé je n'avais jamais mis les pieds en France, jamais. Ni apprit un mot de français sauf les rudimentaires « bonjour, merci, au revoir » que je prononçais avec un énorme accent anglais. Alors autant vous dire la difficulté de compréhension quand vous débarquez dans ces maisons 'abandonnées' et que vous essayer de faire comprendre à ses habitants s'ils sont seuls. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. On a été obligé d'apprendre sur le tas, d'essayer de deviner ce qu'ils nous disaient parce qu'ils nous est arrivé de tomber sur des allemands 'déguisés' en bons français. On se doit d'apprendre au plus vite pour limiter les pertes inutiles et idiotes. Ça fait déjà plusieurs semaines que nous avançons vers Valentraux, dans les Ardennes et notre français s'est déjà pas mal amélioré. Nous parlons beaucoup le franglais pour être France et heureusement que deux ou trois d'entre nous maîtrise plus le français que moi sinon il nous serait arrivé plusieurs fois d'abattre de simples français en colère. ○ SEVEN Avec le recul, je me suis souvent reproché de m'être engagé trop vite. Parce que qui dit militaire dit forcément faire des choses qu'on ne soupçonnait pas pouvoir faire avant, des choses qui nous dépassent totalement. Je me rappellerais toujours le jour où j'ai tué mon premier allemand. C'était lui ou moi et moi je voulais vivre à présent. Tout ce que je veux c'est exploser les allemands et mettre un terme à cette fichue guerre. Beaucoup trop de gens souffrent, ils n'ont rien à manger et le froid de l'hiver commence de plus en plus à nous glacer les veines. Pour ma part, je suis en France de le 15 Août 1944, depuis le fameux D-Day, le beau débarquement en Normandie. Certes nous avons perdu beaucoup d'entre nous mais nous avons vaincus les Allemands et ce jour-là, j'étais tout de même heureux. Puis Paris fut libéré. Encore une victoire pour nous. Il y a eu un défilé mais ma division n'a pas voulu resté, pas le temps de défiler, il fallait avancer, ne pas couper l'élan. Nous devions encore finir d’éclaircir le passage jusqu'à Valentraux où nous attendait le camp Lawrence, le camp des Alliés. Britanniques, Américains et toutes les nationalités alliées nous attendaient là-bas. ○ EIGHT Près d'un mois après mon arrivée sur le sol français, l'opération Market Garden fut lancée par les Alliés avec le bombardement des ponts menant aux Pays-Bas par les forces aériennes. De nombreuses troupes allemandes y laissèrent la vie, à notre avantage. Durant ce jour du 17 Septembre 1944, nous avons reçu l'ordre de camper sur nos positions. Nous sommes donc restés un jour ou deux dans un petit village dont j'ai oublié le nom, non loin de Valentraux. Par chance, il restait encore des gens et nous avons pu nous détendre un peu. Ces pauvres gens n'avaient presque plus rien et le peut qu'ils pouvaient avoir, ils le partageaient avec nous, comme s'ils nous remerciaient. C'est beau, ça me poussait encore plus à survivre, pour eux, et à gagner la Guerre, pour eux. Ils le méritaient tellement. C'est d'ailleurs là-bas que j'ai rencontré cette fille qui hante maintenant mon esprit. Je ne connais pas son prénom mais j'espère tellement la revoir. Nous avons échangés un doux baiser, en échangeant quelques mots seulement. Je devais repartis quelques minutes après. J'aimerais tellement la revoir, avec ses joues rosées et ses cheveux en bataille. J'aimerais tellement savoir qu'elle a survécu. Quelque chose c'était passé entre nous, un courant était né, un courant qui avait surmonté la barrière de la langue et les horreur de la Guerre. Ces derniers mots restés à jamais graver dans mes souvenirs, elle m'avait lancé « reste en vie » et malgré que mon français ne soit totalement au point, je compris de suite ce qu'elle me disait. ○ NINE Plusieurs jours plus tard, la 46e brigade et moi arrivions enfin à Valentraux, au Nord-Est de la France, dans les Ardennes qui servaient de frontière franco-allemande. Le camp Edwin, le camp ennemi, se trouvait juste en face. Les rumeurs disaient qu'ils étaient mieux logés que nous mais je m'en fichais, on avait avancé jusque ici ! Nous vivions sous d'immenses toiles de tente et le froid était encore plus présent, c'était de plus en plus difficile. Nous n'étions que fin octobre, je ne voulais pas imaginer la suite de l'hiver... Le camp fonctionnait ainsi, toutes les nuits, nous faisions des roulements et vingts soldats alliés passait la nuit dans des trous de souris à surveiller la camp allemand en prévention d'une éventuelle attaque ou d'un éventuel danger. Les Allemands sont connus pour jouer les fourbes, ils sont prêts à attaquer de nuit pour nous neutraliser. J'ai déjà fait plusieurs rondes dans ce trou à rats et je ne le souhaite à personne. Il fait si noir et si froid que vous pendez souvent à vous endormir d'épuisement mais personne ne le fait parce qu'on a tous peur de ne jamais se réveiller, moi le premier. Grâce à cette guerre, je suis devenu plus fort moralement et elle a redonné un but à ma vie, je suis fier de porter l'uniforme et de me battre pour tous ces gens qui souffrent. ○ TEN Quand je suis coincé dans le camp ou dans ces fameux trous de souris, je ne cesse de penser à maman, à Beth, à cette fille aux cheveux emmêlés, à la fin de la Guerre, à notre victoire. J'aimerais tellement qu'elle cesse, que tout le monde pose les armes. J'imagine ce jour tous les jours. Je nous vois tous nous serrer dans les bras les uns des autres et faire la fête pendant au moins une année ! Les Américains, les Britanniques et tous les Alliés, main dans la main, chantant à cœur ouvert, priant une dernière fois pour tous ceux qui y sont restés, remerciant le ciel d'en avoir enfin terminé et de nous avoir épargnés. Je vois le sourire apparaître sur les visages fatigués et marqués à jamais, ceux de mes frères d'armes et ceux de tous les autres. Je les vois nous dire merci, je la vois me sauter dans les bras, je vois Beth veiller sur moi de là-haut pour l'éternité et je me vois, moi, enfin libre. ○




Dernière édition par Germain Olson le Sam 31 Oct - 23:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frances "Willy" Evans
≈ we might to be hollow, but we're brave

avatar
hardhome

ici depuis le : 17/12/2014 Messages : 151 Localisation : camp lawrence, surement en train de réparer une mitrailleuse enraillée.

MessageSujet: Re: to honor and trust   Ven 30 Oct - 18:19

bonsoir et bienvenue I love you
(le gif dans le profil c'est le truc le plus cute que j'ai jamais vu )
le personnage s'annonce super intéressant, et j'ai vraiment hâte de voir ce que tu vas en faire (avec oscar en plus )
bon courage, n'hésite pas si tu as des questions

_________________

they say war is hell, so peace sould be holy.
wind under your wings. and of all the harm that e'er i've done, alas it was to none but me and all i've done for want of wit, to memory now i can't recall so fill to me the parting glass. goodnight and joy be with you all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Germain Olson
caporal freedom

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 41

MessageSujet: Re: to honor and trust   Ven 30 Oct - 18:22

merci jolie frances I love you
j'avoue que j'ai craqué moi aussi quand j'ai vu ce gif, c'est fouuuu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Morel
Whoever saves one life, saves the world entire.

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 67

MessageSujet: Re: to honor and trust   Ven 30 Oct - 19:53

Je ne connais la pas bouille que tu as choisi, mais il est trop beau quoi
Bienvenue par ici et bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Germain Olson
caporal freedom

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 41

MessageSujet: Re: to honor and trust   Ven 30 Oct - 20:07

et moi jtm parce que tu fais partie de la résistance
et que t'as pris abf I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wes Halstead

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 76

MessageSujet: Re: to honor and trust   Ven 30 Oct - 20:10

Frances Evans a écrit:
(le gif dans le profil c'est le truc le plus cute que j'ai jamais vu )
vous allez vous moquer mais... j'ai mis cinq bonnes minutes à trouver le truc cute et donc à voir le chat. Arrow
mais bienvenue quand même, et écris moi cette jolie petite fiche qu'on puisse tous se serrer plus intimement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frances "Willy" Evans
≈ we might to be hollow, but we're brave

avatar
hardhome

ici depuis le : 17/12/2014 Messages : 151 Localisation : camp lawrence, surement en train de réparer une mitrailleuse enraillée.

MessageSujet: Re: to honor and trust   Sam 31 Oct - 23:43


tu es validé(e) !


je suis ta plume est magnifique, et mon dieu, l'histoire de ton personnage est géniale à la dernière anecdote, j'en ai eu des frissons même je te valide donc I love you bienvenue à la maison

Voilà ! Tu es validé(e) à présent, tu es donc un membre du forum à part entière I love you Le message ici présent ne sert pas qu'à te féliciter sur ta fiche fraichement validée, mais aussi à te guider pour accomplir tes premiers pas sur The Last Patrol. Afin d'aider ton staff adoré à garder le forum un tant soit peu organisé, il va falloir aller t'enregistrer sur plusieurs sujets avant de te lancer à coeur perdu dans l'aventure

Parmi les registres où il est urgent de se recenser, on peut compter le répertoire des grades, pour éviter qu'un autre soldat ne te pique ton statut. Si ton personnage ne fait pas parti de l'armée, il t'est conseillé de te rendre sur le sujet qui recence les métiers. Ensuite, pour ne pas te retrouver tel un membrounet esseulé, il est vital (sans exagérer, non non What a Face ) d'aller poster ta fiche de liens et si le coeur t'en dit, d'aller te trouver des partenaires rp. Si tu as déjà des idées de liens précis pour ton personnage, tu peux aller poster un ou deux scénarii et attendre de trouver preneur. Enfin, afin d'agrémenter ton profil, tu peux directement demander un rang, et n'oublie pas que la partie flood est ton amie, n'hésite pas à aller faire un tour I love you

Tu vas voir, tu vas bien t'amuser À bientôt sur le forum, may we meet again mon frère

_________________

they say war is hell, so peace sould be holy.
wind under your wings. and of all the harm that e'er i've done, alas it was to none but me and all i've done for want of wit, to memory now i can't recall so fill to me the parting glass. goodnight and joy be with you all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Germain Olson
caporal freedom

avatar
hardhome

ici depuis le : 30/10/2015 Messages : 41

MessageSujet: Re: to honor and trust   Dim 1 Nov - 1:41

merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


hardhome


MessageSujet: Re: to honor and trust   

Revenir en haut Aller en bas
 

to honor and trust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» torq trust IIpolies
» *we trust in rust Notch 72*
» PGA Tour - Northern Trust Open
» Aaron Baddeley 2011 Northern Trust Open
» Trust hier soir à Bordeaux....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: fire a gun-